+7 (831) 262-10-70

+7 (831) 280-82-09

+7 (831) 280-82-93

+7 (495) 545-46-62

42Б, ul. B. Pokrovskaya, Nizhny Novgorod, Russia, 603000

Lundi au vendredi de 9 à 18 heures (GMT+3)

La traduction du géorgien en russe

La traduction du géorgien en russe

Le bureau de traduction Alba offre des services en matière de traduction technique, juridique, de belles-lettres, de médecine de la langue géorgienne, localisation de sites Web et la traduction des documents personnels légalisés par le notaire de la langue géorgienne et en géorgien. Outre cela on peut s’adresser à notre bureau de traduction pour commander:
- la traduction de la langue géorgienne des documents personnels (la traduction du géorgien de diplôme géorgien, de passeports internationaux, d'extrait de casier judiciare, de permis de conduire, la traduction des certificats de mariage, d’accords sur la sortie d'enfant à l’étranger, des certificats de divorce ou des certificat de naissance, la traduction des sceaux légalisés par le notaire;
- la traduction technique et de médecine la traduction du géorgien ou en géorgien (des certificats d’enregistrement, manuels d’utilisation d' équipements médicaux en géorgien, des articles scientifiques de médecine, la traduction du géorgien des résultats d’analyse des préparations pharmaceutiques);
- la traduction juridique la traduction de la langue géorgiennea (la traduction des contrats, des traités, des documents bancaires, des plans d'affaires, des accords, des lois et des actes réglementaires, des sentences judiciaires);
- la traduction des belles-lettres du géorgien (la traduction des articles, des livres, des nouvelles, des poésies, des matériels de publicité);
-la traduction du géorgien et en géorgien de sites Web et des logiciels.

la traduction du géorgien en russeNotre interprète principal de la langue géorgienne a une instruction supérieure philologique de professeur de langue et de littérature russes, il a terminé l’Université Pédagogique d’Etat de Tbilissi S.S. Obéliani.

La langue géorgienne avec d’autres langues sœurs (mingrélienne, laze et swane) se rapporte au groupe de langues cartvele. Près de 4 millions de personnes dont la plupart habite en Géorgie où la langue géorgienne est la langue nationale parlent géorgien. La Géorgie est un pays avec une riche culture et une ancienne histoire qui ont grandement contribué à l’évolution de la civilisation mondiale, dont les preuves sont de nombreux monuments historiques qui se sont conservés sur le territoire de la Géorgie.

La division des langues géorgienne, swane et mingrélienne/laze se rapporte au premier millénaire avant notre ère. La première mention écrite de la langue géorgienne remonte au 2ème siècle de notre ère quand le grammairien romain Marc Cornelius Fronto écrit que les Ibères anciens qui habitaient sur le territoire de la Géorgie de l'est contemporaine s’adressaient à l’empereur Marc Avrélius en une langue que personne ne comprenait. L’apparition de l’écriture de la langue géorgienne est liée à l’adoption du christianisme par l’aristocratie géorgienne au IVième siècle. La nouvelle langue géorgienne de littérature s’est formée sur la base d’une infrastructure culturelle bien développée de la Géorgie païenne. Les premiers textes en géorgien se rapportent au Vème siècle et présentent des manuscrits sur parchemin. L’œuvre littéraire la plus ancienne qui s’est conservée en langue géorgienne «Martyr de la sainte tsarine Chouchanik» appartient à la plume de Jakob Tsourtavéli et date des années 476 – 483. L’histoire de la langue géorgienne est divisée en période de la langue géorgienne ancienne initiale (Vème-VIIIème siècles), la langue géorgienne ancienne classique (IXème-XIème siècles), la langue géorgienne contemporaine (à partir du XVIIIème siècle).

Faits intéressants sur la langue géorgienne:

• le mot «géorgien» dérive le plus probablement de l’ancien perse;
• en anglais les mots Géorgie et le nom de l’État de Georgie sonnent également («Georgia»);
• la langue géorgienne est considérée comme une des plus compliquée à étudier. Le système grammatical de la langue géorgienne est beaucoup plus compliqué que celui de la plupart de langues eurasiatiques;
• dans la langue géorgienne il n’y a pas de distinction entre le genre masculin et le genre féminin. Le même pronom peut signifier «il», «elle», «cela»;
• la plupart des emprunts dans la langue géorgienne viennent des langues arabe, perse, turque et grecque. Les emprunts à la langue russe remontent à une période plus avancée;
la langue géorgienne possède l’un des systèmes phonétiques les plus originaux qui admet les combinaisons de consonnes que les locuteurs d’autres langues ne sont pas capables de prononcer (par exemple, mtsmrteli, gvprtkvni);
• les adjectifs numéraux géorgiens jusqu’à 20 sont basés sur la numération décuple, et de 20 à 100 – sur la numération vingtuple. Par exemple, le nombre 75 sonne comme «trois fois vingt et trois fois cinq»;
• au cours de son histoire la langue géorgienne a eu trois alphabets différents. L’alphabet utilisé à présent avait été répandu au neuvième siècle et est connu comme mkhedruli («militaire»). Il se compose de 33 lettres (initialement elles étaient 38) et est basé sur l’écriture phonétique;
• dans le monde contemporain il existe 14 alphabets dont l’un est géorgien. En géorgien le nombre de lettres coïncide avec le nombre de sons ce qui est rare dans le monde;
• en écriture géorgiene il n’y a pas d’analogue de lettres majuscules (de titre);
• les inscriptions les plus anciennes en géorgien se rapportent au cinquième siècle, le manuscrit le plus ancien- au septième siècle, le premier livre imprimé en géorgien est apparu seulement au dix-septième siècle;
• les terminaisons des noms géorgiens indiquaient initialement la région d’où venait cet homme (par exemple, -chvili, -dze, -iya, -iani, -ava);
• En géorgien les salutations gardent l’empreinte du passé belliqueux de la Géorgie (par exempl, mchvidobisa – «matin pacifique» = bon matin, gamardjoba – «de la victoire» = bonjour, guaguimardjoz – «victoire à toi!» = à votre santé!);
• les traditions de chant polyphonique sont vivantes en Géorgie. Un enregistrement d’une de chansons en géorgien a été placé dans le vaisseau cosmique Voyager comme l’une des réalisations de la civilisation humaine.
• Le mot «djouga» en géorgien ancien signifiait «stal-acier». C’est pourquoi Joseph Djougachvili a choisi le pseudonyme Stalin.